Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'abord, je dois vous présenter toutes mes excuses pour le retard à rédiger ce résumé de conseil municipal, mais j'ai changé d'ordinateur et ai eu des soucis pour retrouver ce que l'ancien détenait. J'ai ainsi appris qu'archiver sur un disque dur ne règle pas tout souci, surtout avec un blog qui lui, est "vivant"...

L'ordre du jour concernait essentiellement le DEBAT d'ORIENTATION BUDGETAIRE, appelé plus rapidement DOB !

Un conseil municipal débattant donc du prochain budget qui sera voté au conseil suivant, permet outre de faire le point sur la situation et de projeter sur l'avenir de l'année à financer. Ce conseil avec le sujet de débat budgétaire est obligatoire avant le conseil qui votera la budget.

Le vote du budget est le conseil municipal le plus important de l'année, car l'aspect financier est le nerf de la guerre de ce qu'il est possible, ou pas, de faire. Mais aussi significatif d'une bonne ou mauvaise gestion du denier communal.

L'ancienne équipe municipale a laissé un douillet matelas d'1 million 500 000 euros économisé par une gestion on ne peut plus saine. Les politologues avançaient que les élections seraient le fruit d'une bonne gestion et que les équipes ayant bien géré la commune repasseraient logiquement: que nenni.

A Bouxières, un goût d'aventure semble avoir pris une partie de l'électorat local. Qui dit " aventure" suppose donc "risque"...

Aussi, quelle demie surprise d'entendre l'Adjoint aux finances, M.LAPORTE, dire honnêtement en transparence, que la situation de notre commune est "inquiétante, CATASTROPHIQUE ! "

Il a déclaré vouloir tenter de garder 900.000 euros sur le bas de laine précité d'1 million 500 000; il est bien plus facile pour son équipe, de dépenser que d'économiser.

Quand on pense que la réfection de la salle Guingot provoque une réserve de 500 000 euros, ( annoncée depuis à 475 000 euros...), il y a lieu de s'attendre à un nouvel engagement de frais très important...Car provisionner suppose une avance et non la couverture intégrale du montant à payer!

Nous avons déjà la salle LAMBING, le nouvel espace Jacques BARTH tout neuf créé par l'ancienne équipe pour remplacer la salle Guingot et retirer les troubles de jouissance envers le voisinage; et la salle de la maison du village, très pratique même si pas de grande taille.

L'ancienne équipe avait donc prévu de vendre la salle Guingot pour un montant estimé à 150 000 euros; l'absence de vente devient donc une perte financière pour la commune, à laquelle s'ajoute le montant important des frais " provisoires "que coûtera la réfection, soit :

500 000 + 150 000= 650 000 euros + le coût réel total de la réfection = ? euros.

L'ancien préfet, M.BARTOLT, a pourtant bien expliqué combien les maires allaient devoir être vigilants face au désengagement progressif de l'Etat ; cela a été annoncé clairement au point de vue financier , mais il semble que certains maires se pensent plus malins que les autres, trop timorés.

Aucun maire actuel ne peut prétendre ignorer cet enjeu, ce risque; la presse relaie régulièrement depuis plus de deux ans, l'obligation de gérer avec moins de moyens financiers.

Il est toujours temps de redresser la barre en serrant les cordons de la bourse communale. Personnellement, c'est ce que j'espère dans l'intérêt général. Mais beaucoup d'électeurs ont le même espoir. Certains regrettent avoir voté MACHADO. L'erreur est humaine.

On pense à la fable de la cigale et de la fourmi, les fables sont pleines de la sagesse ancestrale de nos ancêtres, car La Fontaine a repris les vers d'Esope, le sage grec.

Permettre des achats groupés de bois ou de fuel est une bonne idée, mais la priorité d'un maire est de bien gérer les deniers communaux.

Et puis, de veiller au grain quant à la sécurité pour sa bourgade; personne n'a demandé à la télévision de venir relater les déboires d'un jeune couple avec un bébé à l'époque de 8 mois, qui a revendu leur maison faisant face au parking du cimetière, du fait des perturbations diverses qu'ils ont subies.

Ce jeune couple est venu en conseil municipal se plaindre du manque de réaction efficace , selon lui, des services de la mairie. Le maire s'est alors fâché, le couple repartant chez lui " sans autre forme de procès" , comme aurait pu dire encore La Fontaine.

Je suis passé les saluer une dernière fois le jour de leur déménagement, aidés de copains et ayant loué une camionnette.

Ils étaient visiblement soulagés de quitter une ambiance locale qu'ils ne pouvaient plus supporter, et m'ont dit avoir perdu de l'argent en revendant leur bien de manière précipitée et après avoir presque tout refait dans la maison, pensant habiter là pour toujours ! Espérons que les nouveaux acquéreurs n'auront pas à subir les mêmes soucis avec ce groupe de jeunes...

Pour cela, on ne convoque pas la télévision à BOUXIERES AUX DAMES.

Pourtant, il y aurait eu largement matière à débattre...

Dominique BAGUET

Tag(s) : #Conseil Municipal.

Partager cet article

Repost 0