Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand on consulte les Archives concernant la Mine de Bouxières -aux -Dames ,on découvre une lettre adressée au Préfet de NANCY ,datée du 30 août 1838 ,au sujet des dangers à l’accord du Gouvernement pour l’ouverture d’une Concession minière … Cela veut dire qu’au temps du Roi Louis-Philippe, l’idée de creuser des mines de fer existait; mais quels étaient les dangers encourus ? D’abord, en creusant, le risque d’éboulement de terrains , qu‘ ils s‘agissent de champs de blé ou de vignes soit les deux éléments agricoles essentiels de la commune ; autre risque, l’assèchement des sources ou la déviation de cours d’eau , très importants au village. Les habitants n’ont pas l’eau courante à la maison et vont donc aux lavoirs chercher l’eau à boire et pour cuisiner. Mais aussi d’autres désagréments, : des déplacements de charrettes importants pour les travaux d’extraction de la minette ...

.Et enfin, le risque de polluer l’air de avec des hauts-fourneaux et leur fumée ; ainsi, vers I85O, deux hauts-fourneaux ont failli être bâtis aux Corvées, lieu-dit situé entre Lay St-Christophe et Bouxières. Un procès débutera afin d’ empêcher cette pollution des terres . Chacun fait son vin, une piquette à laquelle on pouvait encore goûter il y a 3O ans! Le projet est donc abandonné : tout le monde souffle, pensant que cela sera définitif… Mais, une « Concession minière », qu’est-ce au juste? A Bouxières, la première demande est effectuée par Monsieur GRANDJEAN en 1852 . Napoléon III vient d‘être nommé Empereur des Français :par plébiscite. M.GRANDJEAN veut extraire la terre rouge qu’il a trouvée à Bouxières ,afin de fabriquer des carrelages…Cela aurait aussi bien pu être pour fabriquer des tuiles, éléments fréquents à cet endroit. Il semble qu’aucun carrelage n’ait été vendu. Mais quelques années plus tard, on parle bien de mines de fer et les bouxièrois se battent à nouveau, afin de garder leurs sources toujours potables …Aux villageois, la mine n’apporte que des soucis; avec le besoin de recruter des mineurs, peu seront des habitants d’origine du village ; les « patrons « et les porions * vont donc chercher des hommes ayant déjà effectué ce travail ;les mineurs viennent alors du Massif central, d’Italie, de Moselle et d’Alsace en particulier après l’annexion de 187O ; soit des endroits, où il y a de nombreuses mines y compris de charbon,; puis de Pologne et d’Afrique du Nord. . C’est ainsi qu’ à Bouxières, beaucoup de familles portent des patronymes d’origine mosellane ou alsacienne, mais également italienne ; l‘annuaire il y a encore quelques années, confirmait facilement cela .Les villageois voient ces arrivées d’étrangers d’un mauvais œil; beaucoup de mineurs ne parlent pas français ou très mal; les samedis, quand ils perçoivent leur salaire, ils vont dans l’ un des 27 bistrots * du village, jouent aux cartes et perdent parfois tout leur salaire hebdomadaire , rentrant enfin sans argent pour faire vivre leur famille pendant les jours suivants . Ils sont bagarreurs, la boisson échauffant facilement les esprits ;on loge les célibataires à part et entre eux afin d‘éviter que » les coqs n‘aillent dans le poulailler « .Il y a des maisons construites avec un lopin de terre autour afin de cultiver ses légumes, maisons destinées aux mineurs . Le jardinet avait pour mission de soulager les finances de la famille, et permettre une occupation plus saine que celle de la fréquentation du débit de boissons voisin. Cet apport de vitamines naturelles est aussi une certitude d’alimentation minimale garantie, même si le chef de famille avait perdu au jeu et en boisson son salaire de la semaine… Les alignements de maisons se rencontrent plus nettement dans les communes voisines que sont Custines , Marbache et surtout Pompey. On remarque que les porions et les ingénieurs occupent des maisons plus confortables et plus belles. Le statut doit se remarquer ! Revenons donc à la concession minière : il faut savoir que si la surface d’un terrain appartient en droit à son propriétaire, le sous-sol quant à lui, appartient à l’Etat , soit au gouvernement en place représenté localement par le Préfet. . Il est donc interdit de rechercher dans le sous-sol sans l’autorisation de l’Etat, lequel accorde un contrat d’exploitation de la mine contre rémunération sonnante et trébuchante…. Après I9I9, les contrats souscrits seront seulement d’une durée de 5 ans, renouvelables pour une même période de cinq années; auparavant, la concession avait un caractère perpétuel . La loi sera modifiée afin de mieux contrôler les activités et leurs conséquences dommageables éventuelles. Des hommes devaient donc rechercher « à l’œil « des traces d’anciennes exploitations du fer soit au temps des Romains et Gaulois, ou au Moyen -Age; ce fût le cas pour LIVERDUN. On ne peut affirmer cela pour Bouxières aux Dames. Il fallait ensuite accepter le risque de creuser des galeries et de ne rien trouver; cela semble n’avoir jamais été le cas dans la commune, tout cet endroit étant connu comme riche en minerai de fer . Le problème sera celui de la teneur plus ou moins riche, par rapport au coût de l’exploitation. La mine s’appellera Montataire .Elle avait quatre entrées distinctes. Quand on trouve le minerai, c’est sous la forme de grandes lignes que l’on appelle filon ; d’où l’expression « trouver un bon filon… » .Alors, la galerie se construit, on la renforce avec des pieux solides pour ne pas s’ébouler ;la place d‘ouvriers spécialisés dans le travail du bois va prendre une place capitale; ;une galerie mesure 2m 50 de haut sur 2m 30 de large. Un rail au milieu, large de seulement 6O cm comme pour les canons des forts militaires de la ligne créée par Serré de Rivière, comme celui de Frouard, permet de sortir le minerai placé dans des wagonnets pesant chacun 1 tonne et demie! . Un cheval, sans cavalier, va tirer 5 à 6 wagonnets vers l’extérieur ; les équidés avaient tellement l’habitude qu’au moment où le dernier wagon était accroché, il partait alors calmement tout seul vers le dépôt de minerai extérieur. Un câble sur le côté l’empêchait de partir du chemin s’il s’emballait à cause d’une piqûre de taon ; une rue s’appelle des Tahons,.Ce câble me causera du souci, mon terrain jouxtant une ligne de rail de ce petit chemin de fer ; métallique et solide, on se souvient facilement de lui car il longeait la voie des deux côtés , pour assurer tant l’aller que le retour de l’animal et ses wagonnets et était difficile à couper. Le filon de minerai se trouve seulement entre 1 mètre et I0 mètres de profondeur ;les galeries ne sont donc pas profondes et en forêt, il faut faire attention aux éboulements possibles . . Dans le bois de Faulx en haut de la commune, appelé Bouxières au Mont pendant la Révolution, des puits d’aération ont été créés afin que les mineurs puissent respirer; il fallait que l’air venant de l’extérieur puisse entrer dans les galeries, d’où la création de bouches d’aération avec de petits et grands courants d’air. Cela était indispensable malgré le peu de profondeur des galeries .La poussière engendrée par le creusement a rendu malade des poumons beaucoup de ces travailleurs. Comme l’or noir , l’or rouge attaquait les voies respiratoires. Les chevaux avaient leur écurie près d’un point d’eau appelé la Goulotte, dont le nom sera donné à la rue proche de cet endroit ; un forgeron réparait les fers à cheval et des ouvriers de toute spécialités préparaient les étais en bois et réparaient les outils (pics, pioches, barre à mines , lampes diverses, piolets, mais aussi cuir des harnais des chevaux, fer à cheval, ,etc…) car il fallait alors creuser dans la mine sans marteau-piqueur. Une écurie proche recevait les chevaux qui ne passaient pas leur vie dans le noir des galeries. La mine fermera vers 1934, le minerai s’avérant au fil du temps de qualité devenue commercialement insuffisante , les autres mines extrayant une minette meilleure et donc plus facilement mise en vente; .La définition du terme « minette « est synonyme de 20°/° seulement de fer dans le volume extrait… Ce phénomène va devenir national, condamnant nos mines de fer face à la qualité du minerai venant d’Afrique noire ! On peut rêver à savoir que la Tour Eiffel a été construite avec le métal des aciéries de Pompey proches (avec peut-être un peu de minette de Bouxières, mais cela est peu probable ), ainsi que l’armature de la statue de la Liberté de New York. La renommée internationale des sites miniers fera d’autant plus regretter les fermetures économiques qui ont provoqué des luttes sociales longues et parfois violentes. Le village va doubler entre 1861 (552 habitants ) et 1901 (1O5O habitants) soit en seulement 4O ans. On trouve peu d’accidents du travail (un »n 19OO et un en 1930);mais les dossiers ne devaient être rédigés que pour des accidents graves et on ne peut affirmer que les archives soient complètes à ce sujet. Ce que tend à prouver la consultation du site « Gallica », archives numériques de la BNF (Bibliothèque Nationale de France ) relatant les soins prodigués à Jacques, manœuvre de 73 ans qui n’a pas vu arriver vers lui un wagonnet chargé le 26 juin 1902 à 11H3O du matin, qui est passé sur sa jambe droite et son pied gauche…Hospitalisé plusieurs plus tard, le Docteur BRUANT va lui permettre d’en sortir en septembre avec un moignon à droite permettant la pose d’une prothèse, et le pied gauche « complètement guéri » (sic). La dernière entrée de mine appelée « Sainte Barbe », patronne des artificiers et sapeurs, a été détruite il y a une vingtaine d’années, les enfants du quartier allant y jouer et des animaux contaminés par la rage, un renard et une chauve-souris, y ayant été découverts. Il est dommage que peu de personnes aient au le sens de la préservation des vestiges et des souvenirs des années passées ; mais le coût de la préservation de tels lieux décourage rapidement des élus tentant de sauvegarder la mémoire locale.. Il ne reste que les vestiges d’un puits en pleine forêt .Il faut examiner les restes de mines de communes voisines pour se faire une idée de celle de Bouxières.

Tag(s) : #Bouxières aux Dames

Partager cet article

Repost 0